dentiste.jpg

« Y’a trois choses qu’on ne peut pas regarder en face …

…le soleil, la mort et le dentiste. » Alex Métayer

 

Suite et fin de mon incursion chez mon chirurgien dentiste  par Pink Panther

Hier matin, après avoir plongé dans un profond sommeil suite aux prises de médicaments, je me réveille la bouche chargée de certaine mixture que j’essayais conformément aux indications de mon dentiste de déglutir avec dégoût. Ma joue était  encore bien engourdie . J’ai ouvert doucement un oeil, puis le deuxième et j’ai mis un pied délicatement hors de la couette. Je me suis dirigé d’un pas non chaland vers le vélux afin d’ouvrir le volet d’occultation. Le soleil était bien là et cette journée s’annonçait sous des auspices favorables.

Mais voilà, les moments de bonheur sont bien fugaces.

En me retournant, je fus glacé d’horreur ! Les draps, les taies étaient recouverts de sang . Mon tee shirt lui aussi était bien maculé .Je faisais une petite hémorragie.  Ni une ni deux, j’appelle mon chirurgien, mais aucune réponse, le cabinet n’était pas encore ouvert à cette heure si matinale . Je prends ma voiture et je pars illico presto aux urgences à l’hôpital . Qu’il est difficile de parler clairement quand on manque d’élasticité dans la joue. Enfin bref après quelques minutes, l’urgentiste m’explique très gentiment d’ailleurs, que cela n’est pas de leur ressort et me donne l’adresse d’une clinique dentiste dont il ne pouvait précisément me la situer (il venait de prendre son poste à Lorient) .

Je reprends donc ma voiture et après avoir fait un rapide arrêt sur un panneau affichant le plan de Lorient, je me dirige vers cette clinique. Mais j’aurai du m’en douter, elle n’était pas encore ouverte ! 

Me voilà tout penaud dans les rues de la ville, croisant les gens au regard indifférent. Après quelques minutes de réflexion et en entendant 9 h sonner au clocher de l’église ; dans un dernier sursaut, je décidais de repartir voir mon chirurgien.

Une larme de bonheur s’épancha sur ma joue endolorie, il y avait de la lumière dans le cabinet. Freinant mon envie de courir, je m’y suis dirigé prestement. Beaucoup de monde attendaient déjà, leur regard trahissait leur angoisse. On me prévient que le chirurgien est de repos aujourd’hui mais que je ne m’inquiète pas trop, je vais être pris par son associé d’ici 1/2 heure.
J’ai retrouvé quelques instants après le décor cauchemardesque de la veille, le fauteuil portait encore les marques profondes de mes doigts sur les accoudoirs. Je décidais de me montrer sous un angle inspirant la pitié afin d’essayer de capter un peu de douceur. Mais que dalle, ils sont arrivés à deux et ils ont enlevé les caillots de sang, colmaté les brèches et recousu l’ensemble. Au bout d’une heure, ils m’ont relâché, ma joue avait doublé de volume. J’ai passé mon après midi avachi dans le canapé.

Ce matin tout va bien pour l’instant.

Retour d’expérience :

Coté négatif : attendre d’avoir très mal aux dents de sagesse (il m’en reste 2) pour les enlever.

Coté positif : Je ne mange que des yaourts depuis deux jours et je fonds à vue d’oeil (sauf ma joue).